Vivre à l’étranger : les principales difficultés

Aller vivre dans un pays étranger implique de nombreux changements. Plusieurs aspects de la vie sont chamboulés que ce soit sur le plan culturel ou le mode de vie en général. La plupart des personnes imaginent juste cela comme un rêve qui se réalise En effet, vivre à l’étranger comporte une multitude de difficultés à surmonter pour réussir à s’en sortir. Au regret de vous décevoir sachez que l’expatriation n’est absolument pas un long fleuve tranquille. Si vous l’aviez déjà compris et désirez justement savoir quelles difficultés pourraient vous accabler à l’étranger, alors poursuivez la lecture.

Formalités administratives inévitables

Emménager à l’étranger impose inévitablement de nombreuses démarches administratives et pas seulement celles de la phase préparatoire. Une fois dans votre nouvelle contrée, vous aurez plusieurs formalités à remplir pour vous conformer au citoyen lambda. Notamment demander l’adhésion au système de santé, souscrire aux services téléphoniques et internet, s’inscrire aux listes électorales, et bien d’autres besoins. Une liste conséquente de démarches fastidieuses et épuisantes, mais indispensables pour s’expatrier en toute sérénité.

A découvrir également : Découvrez les différents types d'assurance pour votre crédit

Trouver une source de revenus pour vivre

Si votre déplacement est dû à une affectation ou un nouveau boulot, alors cette section ne vous concerne pas. Pour les autres, c’est peut-être la partie la plus difficile pendant une installation à l’étranger. D’autant plus que vos économies de voyage ne vous permettront pas de survivre éternellement. Alors vous irez surement postuler et accepter pour un début un job ou un salaire pas forcément alléchant. Quoique certains préfèrent souvent se tourner vers l’auto-emploi en lançant leur propre business. Une tâche qui n’est pas non plus de tout repos.

Différences culturelles

S’expatrier équivaut à découvrir un pays dont la culture et les réalités sont forcément différentes de celles dont vous avez l’habitude. Et dans certains cas, l’immersion culturelle difficile entraine une gêne qui peut même parfois amener certains à laisser tomber l’expatriation. Afin d’éviter un grand inconfort veillez à bien vous documenter sur les coutumes (et les nourritures) locales avant d’y aller. Par ailleurs, gardez à l’esprit qu’un comportement et une expression anodins dans votre pays d’origine peuvent être déplacés voire intolérables ailleurs. Pour une meilleure intégration vous devez faire preuve d’ouverture d’esprit et tout considérer avec du recul. Vous serez surement forcé de surmonter vos préjugés afin de faire face au choc culturel qui vous frappera. Accepter ces divergences culturelles vous aidera à nouer des contacts avec les autres. S’il s’agit d’une expatriation en famille, il faudra également guider les enfants vers une intégration facilitée.

A découvrir également : La méthode Six Sigma : l’excellence opérationnelle

Assimilation de la langue

S’habituer à la nouvelle langue peut représenter un véritable frein. Parfois due à un manque de connaissance, l’aptitude à s’exprimer couramment peut établir une barrière avec votre entourage. Et même ralentir l’intégration professionnelle faute d’échanges normaux avec vos collègues. En outre, l’exercice de s’exprimer en continu dans une langue à laquelle vous n’êtes pas habitué peut vous générer une fatigue mentale. En effet, devoir réfléchir pour former des phrases correctes et se concentrer pour bien saisir les dialogues met l’intellect à rude épreuve.

La solitude

L’un des plus grands problèmes des expatriés est sans aucun doute la solitude. L’absence de sa famille et de ses amis pèse parfois lourdement sur le moral. Surtout qu’en cas de grand décalage horaire il ne sera pas évident de les joindre à tout moment. À cela peut s’ajouter du chagrin ou de la culpabilité par rapport à tous les évènements ratés ou même d’éventuels reproches. D’un autre côté, se faire de nouveaux amis peut s’avérer relativement difficile en terre inconnue. Il n’est pas toujours évident d’aller vers les autres surtout si la langue n’est pas encore bien assimilée. Cela peut entrainer une phase de déprime et de dépression qui constitue une des 4 étapes de l’expatriation. C’est pourquoi il faut profiter de son temps libre pour s’adonner (avec sa famille) à des activités en groupe comme le sport.

Coût de la vie

Dans certains pays, cet aspect peut fortement impacter l’expatrié en ceci qu’il risque d’affecter significativement la gestion de son budget. Surtout dans des villes comme :

  • Copenhague,
  • Oslo,
  • Tokyo ou encore
  • New York.

Ces villes font partie des plus chères au monde. À contrario, des pays comme la Suisse, le Singapour et la Chine font le bonheur des expatriés. Quoiqu’il en soit, pour s’adapter efficacement, les nouveaux doivent généralement réduire leurs dépenses tout en maintenant un niveau de vie décent. Cela passe souvent par une location moins chère mais confortable ou des achats groupés offrant des remises. Ou encore privilégier les transports en commun à un véhicule coûteux en carburant.

Pression familiale et professionnelle

La dernière difficulté de notre liste n’est pas assez abordée pourtant elle est bel et bien pesante. La pression ressentie quant à la réussite de son projet d’expatriation peut s’exprimer sous plusieurs formes. Bien évidemment elle est d’abord familiale par exemple lorsqu’une personne voyage avec sa famille et doit la prendre en charge. Mais également lorsque le voyage est financé par l’entourage notamment pour envoyer un jeune à l’étranger. Dans tous les cas, l’expatrié est tenu de ne pas décevoir les attentes de ses proches et sur lui pèse une obligation de réussite. D’un autre côté, cette pression peut également provenir du côté professionnel notamment si le travail conditionne le rallongement du séjour. C’est pourquoi certains endurent des boulots sans s’y plaire par peur d’éventuelles retombées en cas de changement.

ARTICLES LIÉS