Le salaire d’une Aide-soignante en EHPAD : tout ce qu’il faut savoir

Les aides-soignantes ne sont toujours pas encore appréciées à leurs justes valeurs. Leurs travaux au sein de toutes les structures où elles interviennent n’ont simplement pas de prix. Dans les EHPADs, elles font le nécessaire pour assurer le bien-être des résidents. Mais combien gagne-t-elle en retour parlant de salaire ?

Le salaire d’une Aide-soignante en EHPAD

En début de carrière une Aide-Soignante gagne en moyenne 1 800 €/mois. Cela équivaut à un prêt de 13 €/h. Après plusieurs années (5 ans en moyenne) au service de la maison de retraite, le salaire de l’Aide-Soignante peut atteindre 2 150 €/mois, soit désormais 15,35 €/h. En fin de carrière, une aide-soignante en EHPAD perçoit environ 2 400 €/mois, ce qui fait près de 17 €/mois. Il s’agit des salaires bruts. Ainsi, lorsqu’elle commence par exercer, une aide-soignante se retrouve avec 21 600 €/an. À la fin de sa carrière, elle gagne 28 800 €/an. Bien que ce ne soit pas le meilleur revenu dans le secteur de la santé, il respecte tout au moins le SMIC. Vous avez une chance d’obtenir un prêt à taux réduit pour vos projets importants.

A lire également : Remboursement des implants dentaires 2022

Les salaires en EHPAD ne sont pas si différents des salaires en FPH (Fonction Publique Hospitalière). Puisque, en début de carrière dans la fonction publique, une aide-soignante gagne en moyenne 1 682 €/mois. Outre ce salaire, l’aide-soignante bénéficie d’autres avantages en travaillant au sein d’un EHPAD. Elle a la possibilité d’avoir des primes pouvant même atteindre 2 000 €. Certaines maisons de retraite peuvent permettre l’accès aux tickets restaurants, la distribution de chèques cadeaux, la participation aux bénéfices de l’entreprise, etc.

Le salaire d’une Aide-soignante en EHPAD à la retraite

On classe les aides-soignantes dans la catégorie dite « active ». Ceci est dû au fait que leur travail présente « un risque particulier ou des fatigues exceptionnelles ». Le personnel aide-soignant rencontre plusieurs difficultés qui peuvent rapidement altérer sa santé. Son droit à la retraite débute donc à 57 ans. Pour bénéficier de sa retraite, l’aide-soignante doit répondre à deux conditions. Tout d’abord, elle doit justifier d’au moins 17 ans de service, avec un minimum de 6 années consécutives dans son secteur ou d’autres secteurs de catégorie active. Le nombre de trimestres validés doit être compris entre 167 et 172. Peu sont les aides-soignantes qui répondent à ces critères avant 57 ans.

A lire aussi : Prévenir les maladies cardiovasculaires : quelles méthodes adopter ?

Généralement, le revenu baisse d’environ 30 % lors du départ à la retraite. Une aide-soignante qui gagne à peu près 2 400 €/mois se retrouve avec 1 440 €/mois. Cependant, si le nombre de trimestre et d’année de travail n’est pas respecté, le revenu pendant la retraite serait bien moindre que ça.

Évolution de carrière

Afin de mieux vivre, une aide-soignante peut se spécialiser dans un domaine plus précis. Il pourrait opter pour la pédiatrie ou gérontologie (étude des phénomènes et des problèmes de vieillissement des humaines). Par le processus de formation continue, cette dernière peut également devenir « une aide-soignante hémodialyse » ou une « aide-soignante de stérilisation ». Une aide-soignante peut devenir une ambulancière, une aide médico-psychologique ou une auxiliaire puériculture. Dans ces derniers cas, des diplômes et des formations précises seront indispensables. En se spécialisant, l’aide-soignante a plus de chance d’avoir plus de responsabilités et un revenu plus conséquent.

ARTICLES LIÉS